A la découverte des Pères de l'Eglise...

Quelques textes d'auteurs spirituels contemporains

Il apparaît important de faire découvrir ici quelques auteurs spirituels contemporains (vivants ou décédés) : quelques-uns de ceux que l'on peut parfaitement considérer comme des successeurs des Pères par la richesse de leurs écrits : ils nous apportent une expérience de Dieu renouvelée, propre à toucher profondément le lecteur qui cherche...

Notre choix parmi le très grand nombre de textes que nous aimerions livrer est ici guidé seulement par nos goûts, et le visiteur voudra bien nous pardonner ce qui reste indéniablement partiel, peut-être partial : on présentera d'abord et avant tout des extraits d'auteurs qui ont compté ou qui comptent pour nous !

Un beau texte sur l'oraison de Christian de Chergé

"Une première conviction : je suis une "maison de prière". Saint Paul me désigne comme "temple de l’Esprit". C’est-à-dire que je suis bâti par et pour Dieu. Et c’est la prière qui me le dit, c’est elle qui me construit. Le lieu de cette première conviction, c’est la prière personnelle, celle où j’accepte d’être avide, et d’abord à vide, d’être sans désirs pour présenter plus d’adhérence au désir de Dieu. Celle où je vais laisser les coudées franches à l’imprévisible nouveauté qui doit me venir de Dieu. Celle où ma liberté consent par avance à ce que l’Esprit va vouloir faire de moi. C’est aussi là que j’apprends à me connaître dans ma pauvreté, ma sécheresse d’esprit et de cœur. C’est bien là que je me saisis comme relié à Dieu, aimé de lui, entre ses mains, même quand cette prière est un affrontement (combat de Jacob, prière d’agonie de Jésus). Et je sais que je peux perdre le fil de cet amour parfois si déconcertant, et si ténu dans la nuit, s’il vient à me manquer cette heure qu’il m’a été demandé de veiller "pour ne pas entrer en tentation". Voilà pourquoi je crois, avec tant de spirituels qui ont fait école dans toutes les traditions religieuses de l’humanité, qu’il faut consentir à durer dans cette prière-là, de temps à autre, gratuitement."
(Christian de Chergé : L’invincible espérance, Bayard, 2010, pp. 46-47).

Pour une petite retraite de Carême en 2016, avec le Pape François, à propos de la miséricorde.

"Jésus-Christ est le visage de la miséricorde du Père. Le mystère de la foi chrétienne est là tout entier. Devenue vivante et visible, elle atteint son sommet en Jésus de Nazareth. Le Père, "riche en miséricorde" (Ep 2, 4) après avoir révélé son nom à Moïse comme "Dieu tendre et miséricordieux, lent à la colère, plein d'amour et de vérité" (Ex 34, 6) n'a pas cessé de faire connaître sa nature divine de différentes manières et en de nombreux moments. Lorsqu'est venue "la plénitude des temps" (Ga 4, 4), quand tout fut disposé selon son dessein de salut, il envoya son Fils né de la Vierge Marie pour nous révéler de façon définitive son amour. Qui le voit a vu le Père (cf. Jn 14, 9). A travers sa parole, ses gestes, et toute sa personne, Jésus de Nazareth révèle la miséricorde de Dieu.
Nous avons toujours besoin de contempler le mystère de la miséricorde. Elle est source de joie, de sérénité et de paix. Elle est la condition de notre salut. Miséricorde est le mot qui révèle le mystère de la Sainte Trinité. La miséricorde, c'est l'acte ultime et suprême par lequel Dieu vient à notre rencontre. La miséricorde, c'est la loi fondamentale qui habite le coeur de chacun lorsqu'il jette un regard sincère sur le frère qu'il rencontre sur le chemin de la vie. La miséricorde, c'est le chemin qui unit Dieu et l'homme, pour qu'il ouvre son coeur à l'espérance d'être aimé pour toujours malgré les limites de notre péché..." (François évêque de Rome... : Bulle d'indiction du Jubilé extraordinaire de la Miséricorde, 1-2).

"Patient et miséricordieux, tel est le binôme qui parcourt l'Ancien Testament pour exprimer la nature de Dieu. Sa miséricorde se manifeste concrèteemnt à l'intérieur de tant d’événements de l’histoire du salut où sa bon prend le pas sur la punition ou la destruction. D’une façon particulière, les Psaumes font apparaître cette grandeur de l’agir divin : Car il pardonne toutes tes offenses et te guérit de toute maladie ; il réclame ta vie à la tombe et te couronne d’amour et de tendresse (Ps 102, 3-4). D’une façon encore plus explicite, un autre Psaume énonce les signes concrets de la miséricorde : Il fait justice aux opprimés ; aux affamés, il donne le pain ; le Seigneur délie les enchaînés. Le Seigneur ouvre les yeux des aveugles, le Seigneur redresse les accablés, le Seigneur aime les justes, le Seigneur protège l’étranger. Il soutient la veuve et l’orphelin, il égare les pas du méchant (145, 7-9). Voici enfin une autre expression du psalmiste : [Le Seigneur] guérit les cœurs brisés et soigne leurs blessures… Le Seigneur élève les humbles et rabaisse jusqu’à terre les impies (146, 3.6). En bref, la miséricorde de Dieu n’est pas une idée abstraite, mais une réalité concrète à travers laquelle Il révèle son amour comme celui d’un père et d’une mère qui se laissent émouvoir au plus profond d’eux mêmes par leur fils. Il est juste de parler d’un amour "viscéral". Il vient du coeur comme un sentiment profond, naturel, fait de tendresse et de compassion, d’indulgence et de pardon." (François évêque de Rome... : Bulle d'indiction du Jubilé extraordinaire de la Miséricorde, 6).

"Dans les paraboles de la miséricorde, Jésus révèle la nature de Dieu comme celle d'un Père qui ne s'avoue jamais vaincu jusqu'à ce qu'il ait absous le péché et vaincu le refus, par la compassion et la miséricorde. Nous connaissons ces paraboles, trois en particulier : celle de la brebie égarée, celle de la pièce de monnaie perdue, et celle du père et des deux fils (cf. Lc 15, 1-32). Dans ces paraboles, Dieu est toujours présenté comem rempli de joie, surtout quand il pardonne. Nous y retrouvons le noyau de l'Evangile et de notre foi, car la miséricorde y est présentée comme la force victorieuse de tout, qui remplit le coeur d'amour, et qui console en pardonnant.
[...]Jésus affirme que la miséricorde n'est pas seulement l'agir du Père, mais elle devient le critère pour comprendre qui sont ses véritables enfants. En résumé, nous sommes invités à vivre de miséricorde parce qu'il nous a d'abord été fait miséricorde. Le pardon des offenses devient l'expression la plus manifeste de l'amour miséricordieux, et pour nous chrétiens, c'est un impératif auquel nous ne pouvons pas nous soustraire. Bien souvent, il nous semble difficile de pardonner ! Cependant, le pardon est le moyen déposé dans nos mains fragiles pour atteindre la paix du coeur. Se défaire de la rancoeur, de la colère, de la violence et de la vengeance, est la condition nécessaire pour vivre heureux. Accueillons donc la demande de l'apôtre : "Que le soleil ne se couche pas sur votre colère" (Ep 4, 26). Ecoutons surtout la parole de Jésus qui a établi la miséricorde comme idéal de vie, et comme critère de crédibilité de notre foi : "Heureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde" (Mt 5, 7. C'est la béatitude qui doit susciter notre engagement tout particulier en cette Année Sainte.
Comme on peut le remarquer, la miséricorde est, dans l'Ecriture, le mot-clé pour indiquer l'agir de Dieu envers nous. Son amour n'est pas seulement affirmé, mais il est rendu visible et tangible. D'ailleurs, l'amour ne peut jamais être un mot abstrait. Par nature, il est vie concrète : intentions, attitudes, comportements qui se vérifient dans l'agir quotidien. La miséricorde de Dieu est sa responsabilité envers nous. Il se sent reseponsable, c'est-à-dire qu'il veut notre bien et nous voir heureux, remplis de joie et de paix. L'amour miséricordieux des chrétiens doit être sur la même longueur d'onde. Comme le Père aime, ainsi aiment les enfants. Comme il est miséricordieux, ainsi sommes-nous appelés à être miséricordieux les uns envers les autres.
(François, évêque de Rome : Bulle d'indiction du Jubilé extraordinaire de la Miséricorde, 9)

"La miséricorde est le pilier qui soutient la vie de l'Eglise. Dans son action pastorale, tout devrait être enveloppé de la tendresse par laquelle on s'adresse aux croyants. Dans son annonce et le témoignage qu'elle donne face au monde, rien ne peut être privé de miséricorde. La crédibilité de l'Eglise passe par le chemin de l'amour miséricordieux et de la compassion. L'Eglise "vit un désir inépuisable d'offrir la miséricorde"(*). Peut-être avons-nous parfois oublié de montrer et de vivre le chemin de la miséricorde. D'une part, la tentation d'exiger toujours et seulement la justice a fait oublier qu'elle n'est qu'un premier pas, nécessaire et indispensable, mais l'Eglise doit aller au-delà pour atteindre un but plus haut et plus significatif. D'autre part, il est triste de voir combien l'expérience du pardon est toujours plus rare dans notre culture. Même le mot semble pafois disparaître. Sans le témoignage du pardon, il n'y a qu'une vie inféconde et stérile, comme si l'on vivait dans un désert. Le temps est venu pour l'Eglise de retrouver la joyeuse annonce du pardon. Il est temps de revenir à l'essentiel pour se charger des faiblesses et des difficultés de nos frères. Le pardon est une force qui ressuscite en vie nouvelle et donne le courage pour regarder l'avenir avec espérance."
(François, évêque de Rome : Bulle d'indiction du Jubilé extraordinaire de la Miséricorde, 10)

(*) Exhort. apost. La joie de l'Evangile, n. 24.

"La miséricorde n'est pas contraire à la justice, mais illustre le comportement de Dieu envers le pécheur, lui offrant une nouvelle possibilité de se repentir, de se convertir et de croire. Ce qu'a vécu le prophète Osée nous aide à voir le dépassement de la justice par la miséricorde. L'époque de ce prophète est parmi les plus dramatiques de l'histoire du peuple hébreu. Le Royaume est près d'être détruit ; le peuple n'est pas demeuré fidèle à l'alliance, il s'est éloigné de Dieu et a perdu la foi des Pères. Suivant une logique humaine, il est juste que Dieu pense à rejeter le peuple infidèle : il n'a pas été fidèle au pacte, et il mérite donc la peine prévue, c'est-à-dire l'exil. Les paroles du prophète l'attestent : "Il ne retournera pas au pays d'Egypte ; Assour deviendra son roi, car ils ont refusé de revenir à moi" (Os 11, 5). Cependant, après cette réaction qui se réclame de la justice, le prophète change radicaleemnt son langage et révèle le vrai visage de Dieu : "Mon coeur se retourne contre moi ; en même temps, mes entrailles frémissent. Je n'agirai pas selon l'ardeur de ma colère, je ne détruirai plus Israël, car moi, je suis Dieu, et non pas homme : au milieu de vous je suis le Dieu saint, et je ne viens pas pour exterminer" (11, 8-9). Commentant les paroles du prophète, saint Augustin écrit : "Il est plus facile pour Dieu de retenir la colère plutôt que la miséricorde". C'est exactement ainsi. La colère de Dieu ne dure qu'un instant, et sa miséricorde est éternelle.
Si Dieu s'arrêtait à la justice, il cesserait d'être Dieu ; il serait comme tous les hommes qui invoquent le respect de la loi. La justice seule ne suffit pas et l'expérience montre que faire uniquement appel à elle risque de l'anéantir. C'est ainsi que Dieu va au-delà de la justice avec la miséricorde et le pardon. Cela ne signifie pas dévaluer la justice ou la rendre superflue, au contraire. qui se trompe devra purger sa peine, mais ce n'est pas là le dernier mot, mais le début de la conversion, en faisant l'expérience de la tendresse du pardon. Dieu ne refuse pas la justice. Il l'intègre et la dépasse dans un événement plus grand dans lequel on fait l'expérience de l'amour, fondement d'une vraie justice. Il nous faut prêter grande attention à ce qu'écrit Paul pour ne pas faire la même erreur que l'Apôtre reproche à ses contemporains juifs : "En ne reconnaissant pas la justice qui vient de Dieu, et en cherchant à instaurer leur propre justice, ils ne se sont pas soumis à la justice de Dieu. Car l'aboutissement de la Loi, c'est le Christ, afin que soit donnée la justice à toute personne qui croit" (Rm 10, 3-4). Cette justice de Dieu est la miséricorde accordée à tous comme une grâce venant de la mort et de la résurrection de Jésus-Christ. La Croix du Christ est donc le jugement de Dieu sur chacun de nous et sur le monde, puisqu'elle nous donne la certitude de l'amour et de la vie nouvelle."
(François, évêque de Rome : Bulle d'indiction du Jubilé extraordinaire de la Miséricorde, 21).

"La valeur de la miséricorde dépasse les frontières de l'Eglise. Elle est le lien avec le Judaïsme et l'Islam qui la considèrent comme un des attributs les plus significatifs de Dieu. Israël a d'abord reçu cette révélation qui demeure dans l'histoire comme le point de départ d'une richesse incommensurable à offrir à toute l'humanité. Nous l'avons vu, les pages de l'Ancien Testament sont imprégnées de miséricorde, puisqu'elles racontent les oeuvres accomplies par le Seigneur en faveur de son peuple dans les moments les plus difficiles de son histoire. L'Islam de son côté, attribue au Créateur les qualificatifs de Miséricordieux et Clément. On retrouve souvent ces invocations sur les lèvres des musulmans qui se sentent accompagnés et soutenus par la miséricorde dans leur faiblesse quotidienne. Eux aussi croient que nul ne peut limiter la miséricorde divine car ses portes sont toujours ouvertes.
Que cette Année Jubilaire, vécue dans la miséricorde, favorise la rencontre avec ces religions et les autres nobles traditions religieuses. Qu'elle nous rende plus ouverts au dialogue pour mieux nous connaître et nous comprendre. Qu'elle chasse toute forme de fermeture et de mépris. Qu'elle repousse toute forme de violence et de discrimination."
(François, évêque de Rome : Bulle d'indiction du Jubilé extraordinaire de la Miséricorde, 23).

"Une Année Sainte extraordinaire pour vivre dans la vie de chaque jour la miséricorde que le Père répand sur nous depuis toujours. Au cours de ce Jubilé, laissons-nous surprendre par Dieu. Il ne se lasse jamais d’ouvrir la porte de son coeur pour répéter qu’il nous aime et qu’il veut partager sa vie avec nous. L’Eglise ressent fortement l’urgence d’annoncer la miséricorde de Dieu. La vie de l’Eglise est authentique et crédible lorsque la miséricorde est l’objet d’une annonce convaincante. Elle sait que sa mission première, surtout à notre époque toute remplie de grandes espérances et de fortes contradictions, est de faire entrer tout un chacun dans le grand mystère de la miséricorde de Dieu, en contemplant le visage du Christ. L’Eglise est d’abord appelée à être témoin véridique de la miséricorde, en la professant et en la vivant comme le centre de la Révélation de Jésus-Christ. Du cœur de la Trinité, du plus profond du mystère de Dieu, jaillit et coule sans cesse le grand fleuve de la miséricorde. Cette source ne sera jamais épuisée pour tous ceux qui s’en approcheront. Chaque fois qu’on en aura besoin, on pourra y accéder, parce que la miséricorde de Dieu est sans fin. Autant la profondeur du mystère renfermé est insondable, autant la richesse qui en découle est inépuisable.
Qu’en cette Année Jubilaire l’Eglise fasse écho à la Parole de Dieu qui résonne, forte et convaincante, comme une parole et un geste de pardon, de soutien, d’aide, d’amour. Qu’elle ne se lasse jamais d’offrir la miséricorde et soit toujours patiente pour encourager et pardonner. Que l’Eglise se fasse la voix de tout homme et de toute femme, et répète avec confiance et sans relâche : "Rappelle-toi, Seigneur, ta tendresse, ton amour qui est de toujours" (Ps 25, 6)."
(François, évêque de Rome : Bulle d'indiction du Jubilé extraordinaire de la Miséricorde, 25).


"Les hommes tous créés à l'image de Dieu", court extrait de Nostra Aetate, texte du Concile Vatican II sur les Relations de l'Eglise avec les religions non chrétiennes

La paix est Dieu : extrait du très beau livre de Raniero Cantalamessa : Viens Esprit Créateur, Editions des Béatitudes, 2008, pp. 255-257.

La lecture de l'Ecriture et la charité : court extrait d'Enzo Bianchi : Ecouter la Parole.

La connaissance de Dieu peut-elle atteindre les païens ? : un extrait d'Henri de Lubac, s.j., La révélation divine

Prier, ou "respirer un instant l'air de l'éternité" : un court extrait d'Olivier Clément

"A propos de la mission de l'Eglise..." : un extrait d'Henri de Lubac, s.j., Méditation sur l'Eglise, Aubier, 1953

"La communion des saints"... avec Christian de Chergé

"Dieu et l'homme"... avec Karl Rahner

"L'amour de Dieu et du prochain" : extraits d'une méditation de Karl Rahner

"La vérité de Dieu cherche le moment" : extraits d"un Sermon pour le Premier Dimanche de Carême, 10 mars 1957 de Karl Rahner

Un extrait de L'expérience de Dieu. Icone du mystère de Raimon Panikkar

Un court extrait de Les fondations sont ébranlées de Paul Tillich sur l'attente

Un extrait de "La profondeur de l’existence", prédication sur la joie de Paul Tillich.

L'Eglise, corps du Christ, et la Croix, extrait de Pâques, le mystère de Hans Urs van Balthasar

Messagers de la grâce, extrait de John Henry Newman, Sermons paroissiaux

Qu'est-ce qu'être apostolique ?, extrait de Pierre Claverie, Quel bonheur d'être croyant, Cerf, 2012, p. 29.

"Le monde dans sa totalité appartient déjà au royaume de Dieu", extrait de Hans Urs von Balthasar : Tu couronnes l'année de tes bontés, Salvator, 2003, p. 206

Ce site a été réalisé et est remis à jour par Marie-Christine Hazaël-Massieux.